Céline Denjean

FR

Céline Denjean est née en 1974, à Toulouse. Elle grandit à Bagnères de Bigorre, au pied des Pyrénées qu’elle sillonne toute son enfance et qui feront régulièrement le décor de ses futurs romans. Ses grands-parents sont libraires et sa mère, grande amatrice de polars. C’est donc assez naturellement que Céline Denjean développe un attrait pour la littérature noire.

Dès ses treize ans, elle choisit l’internat et quitte Bagnères de Bigorre pour Toulouse. Son bac de lettres en poche, elle poursuit des études de droit jusqu’en licence avant de se décider à intégrer une école d’éducateurs spécialisés. Après diverses expériences dans le secteur social (gens du voyage, foyers de l’Enfance), elle travaille durant cinq ans en tant qu’éducatrice auprès d’enfants présentant une déficience intellectuelle sévère. Elle intègre ensuite une formation supérieure et devient cadre de direction dans des établissements spécialisés.

Parallèlement, après des années de « résistance » dominées par le sentiment que le challenge est perdu d’avance, elle cède finalement à son attrait pour l’écriture. Résultera de ces années d’immense frustration, un manuscrit de 800 pages Le boucher des vanités – impubliable selon ses dires – mais qui aura au moins le mérite d’avoir lancé la machine ! L’écriture devient alors pour elle son « second » métier puisqu’elle lui consacre la totalité de son temps libre. 

Kaléidoscope des horreurs ordinaires, son deuxième manuscrit, quitte le tiroir où il sommeillait depuis trois ans pour participer à un concours de jeunes auteurs. À cette occasion, il est lu et noté par un jury de lecteurs et termine sa course dans le carré vainqueur ! Dans un souci promotionnel, l’ouvrage est opportunément renommé Voulez-vous tuer avec moi ce soir ? et sort chez Nouvelles Plumes en 2014 puis en format poche chez Pocket en 2015. Il sera finaliste pour « le Prix de l’Embouchure » 2016, décerné par le commissariat central de Toulouse.

Céline Denjean soumet ensuite l’un de ses manuscrits aux Éditions Marabout qui vient de ré-ouvrir une collection de romans noirs. Elle est repérée par Hélène Amalric bien que l’ouvrage envoyé – un thriller d’anticipation – ne corresponde pas à la ligne éditoriale. S’ensuit une collaboration professionnelle à l’issue de laquelle La fille de Kali voit le jour en octobre 2016. L’ouvrage sera également finaliste pour  « le Prix de l’Embouchure » 2017. 

Suivra Le Cheptel chez le même éditeur en janvier 2018 qui remportera – enfin ! – « le Prix de l’embouchure » ainsi que le « Prix Polar de Cognac du meilleur polar francophone ». Sa sortie format poche est programmée chez Pocket en 2020.

La collaboration se poursuit aujourd’hui avec son éditeur qui vient  de créer la collection « Black Lab » et son futur thriller Double Amnésie sortira le 2 mai 2019.

Récemment réinstallée dans les Pyrénées, Céline Denjean trouve dans cet environnement montagnard âpre, parfois hostile, mais toujours somptueux, une source inépuisable d’inspiration.  

Ad augusta per angustaVers les sommets par des chemins étroits

Double amnésie

L’oubli est la meilleure arme du crime… jusqu’à ce que la mémoire nous rattrape.

Juin 1999. Un nourrisson souffrant de lourdes séquelles est retrouvé abandonné.

Décembre 2013 dans une famille modeste de domestiques, les Brousse, une mère et son fils encaissent le choc de l’accident mortel, qui pourrait bien être un suicide, du père et mari. Quelques mois plus tard, des secrets enfouis remontent jusqu’à Abby Le Guen, artiste, mère d’une famille enviée et fortunée, celle-là même qui emploie les Brousse. Tout le fragile équilibre de sa vie s’écroule. Elle se méfie désormais de tout le monde, à commencer par son propre mari…

 

Aperto

 

« Elle terminait sa cigarette, le regard perdu vers la forêt, lorsqu’elle perçut un infime mouvement à l’extrémité de son champ de vision. Elle tourna vivement la tête et entrevit une ombre furtive glissant derrière un bosquet près de la balançoire. La vision fut tellement fugace qu’Éloïse se demanda immédiatement si elle n’avait pas rêvé. Elle demeura immobile, tous les sens aux aguets, scrutant l’amas de buissons avec intensité, tentant de percevoir un bruit, un mouvement, les traces d’une présence. Mais absolument rien ne confirma sa vision. Tenaillée par le doute, elle décida d’en avoir le cœur net. Elle quitta la terrasse et commença à fouler l’herbe fraîche et humide, l’œil rivé sur le bosquet. Elle approchait lentement, à pas de loup, et n’était plus qu’à une dizaine de mètres quand un craquement sec et puissant venu de la lisière du bois la fit sursauter. Éloïse tourna vivement la tête en plaquant sa main sur sa hanche mais ne rencontra que le vide. Elle avait rendu son arme de service en prenant son congé sans solde… Le cœur battant à rompre, elle fouilla attentivement des yeux les ombres de la forêt, du côté opposé, là où s’était produit le craquement. Mais elle ne distinguait rien, la pénombre était trop intense désormais. Pourtant – était-ce le fruit de son imagination ? – la gendarme ne pouvait se défaire du sentiment d’être épiée. Elle en aurait mis sa main au feu, il y avait là, quelque part autour d’elle, une présence tapie qui l’observait. Éloïse hésita. Le bosquet ? Le bois ? Elle se posait encore la question quand une phrase lancée à voix basse lui parvint d’un autre côté du bois et la fit frémir. Apparemment, le chuchoteur avait placé ses mains en porte-voix et pris soin de détacher chaque mot. « Barre toi ! », avait-il ordonné. La tentative d’intimidation réveilla l’instinct de la gendarme qui se rua immédiatement vers la voix et franchit l’orée du bois. »

 

Actualités

Céline prépare activement la sortie de son nouveau roman, Double amnésie, et s’est plongée dans l’écriture de son nouveau thriller.

Retrouvez toutes ses dates de tournée et de salons dans la section « Agenda ».

Photo : coll. part.